Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour Nous Rejoindre

  • : Association des Chasseurs à l'Arc de Gascogne
  • : Le blog des chasseurs à l'arc de Gascogne vous permettra de découvrir notre passion et nos activités ( photos, récits, activités )
  • Contact

Coordonnées

Président : Patrick Zucchelli

Téléphone : 06 62 68 59 59

Email : pzucchelli47@gmail.com

 

Vice-président : Bernard Varela

Téléphone : 06 79 77 40 01

Email : bernard.acag@sfr.fr

 

Trésorier : Simon Farina

Téléphone : 06 06 78 51 23

Email : safari.47@sfr.fr

 

Secrétaire : Mickael Chabat

Téléphone : 06 87 03 65 11

Email : mickaelchabat@orange.fr

 

Publication Blog : Santor William

Téléphone : 06 75 65 78 30

Email : santorwilliam@hotmail.fr

                                Birkly Yannick

Téléphone : 06 15 36 92 10

Email : yannick.birkly@gmail.com

 

  

Recherche

Publier sur le Blog

Pour ceux qui souhaitent partager leurs trophées, récits de chasse, entrainements, animations... récents ou plus ancien,

Vous pouvez publier vos photos et récits en les envoyants à deux adresses :

 yannick.birkly@gmail.com

  santorwilliam@hotmail.fr

  Merci de votre participation !

21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 15:56

Hier soir, je n'avais pas trop envie d'aller chasser. Mathieu avait encore vécu une mésaventure le matin même, et l'ambiance n'était pas au top. J'ai traînassé, hésité, et finalement je suis quand même parti chasser, mais très tard, après tout le monde.

Mon père m'a demandé où j'allais, et je lui ai répondu "je sais pas encore"!
J'hésitais entre aller faire du repérage dans les pruniers entre Bellevue et Gaspard (voir si le brocard de sibérie d'Antoine était réalité ou fiction), ou bien aller faire du repérage à Savignac, entre la Forêt et le Lac. J'ai choisi la seconde option.
La veille au soir (le 12) j'avais vu un très beau six gratter et frotter dans le bois du passage des Deux Bois, et le matin du 13, j'y ai entendu une poursuite et des pious. Mais je voulais laisser le coin tranquille le soir.
Une fois arrivé aux vignes du Plantier, j'ai vu une chevrette couchée dans les vignes, puis deux rangs plus loin un joli six, qui dormait! Il avait les yeux fermés par moment.
Ne sachant pas quoi faire de ce brocard (un six, assez haut, peu perlé, aux bois clairs) je décidais d'aller voir plus loin.
Au départ je voulais aller voir l'angle du petit pré, d'où j'ai souvent vu sortir des animaux, pour voir si je pourrais y mettre un treestand.
Mais quelque chose m'a poussé à aller encore plus loin, comme d'hab!
Arrivé sur la prairie, j'ai jumellé dans les fonds, mais il n'y avait aucun chevreuil sorti, trop tôt peut-être.
Puis je suis descendu jusqu'au rétrécissement qui longe la haie menant au lac, un endroit fort stratégique, qui fait jonction entre le lac, deux prairies, une longue haie et le bois.
J'ai décidé de m'embusquer dans la haie, il y avait un trou propice dans la végétation qui ne nécessitait que quelques ajustements. J'ai cassé quelques branches sèches à la main (je n'avais aucun outils, j'aime chasser léger), pour me dégager quelques fenêtres de tir donnant vers le chaume de blé. J'ai aussi gratté le sol, pour dégager branches sèches et feuilles craquantes, ce qui me permet de pouvoir me positionner pour un tir en faisant le moins de bruit possible. Le fait de gratter le sol au pied a le double avantage d'imiter aussi le bruit d'un brocard faisant un grattis.
 
Je lance une première série de pious au buttolo. J'attends quelques dizaines de secondes et démarre la seconde série lorsque je vois alors un brocard qui était arrivé sans bruit. Il est déjà tout prêt!
Je stoppe net mes appels, pensant que c'est trop tard et que je suis grillé! Quel idiot je suis d'avoir appeauté sans mieux vérifier.
Le brocard cherche, il regarde droit vers moi. Mon camouflage fonctionne, et surtout mon immobilisme. Nos regards se croisent plusieurs fois, je décide de me concentrer sur l'action à venir et j'évite de trop le fixer. Il est à quelques mètres de moi seulement!
Il avance peu à peu, mais le temps se fige.
 
Je commence une tentative d'armement, rapidement avortée.
Je ne cesserai d'armer mon arc sur quelques centimètres, sans pouvoir finir mon armement, l'animal regardant dans ma direction, ou sa position n'étant pas bonne.
Enfin il avance franchement, et se retrouve dans ma première fenêtre de tir. Sa zone vitale est parfaitement dégagée. Il est à peine à 5 mètres, plein profil.
 
Cette fois c'est le moment.
J'arme mon arc et vient à l'ancrage. Il ne regarde plus vers moi, mais devant lui.
C'est un moment chargé d'émotion. Ce beau brocard, immobile, de profil tel une cible 3D qui s'offre à nous, moi à pleine allonge, mon regard braqué sur le défaut de son épaule.
Les dés sont jetés.
 
La flèche est partie et j'entends un gros crac.
Le brocard part en trombe dans le bois, j'entends son galop rapide sur une très courte distance, puis le bruit caractéristique d'un animal roulant au sol dans un fracas de bois mort et de feuilles sèches.
Le calme retombe sur la plaine, par cette belle soirée d'été. Il y a quelque chose dans l'air.
Une vie vient de s'éteindre. Comme à chaque fois, je suis submergé d'émotions antagonistes.
 
Ma flèche est brisée en trois morceaux, j'ai dû toucher l'épaule.
Je retrouve le brocard facilement. étendu sur son flanc, le trou béant au défaut de l'épaule d'où s'écoule un peu de sang mousseux.
 
Brocard de 25 kg, tiré le 13 août à 20h47, au sol, à 5 mètres, au buttolo.
Distance de fuite d'à peine 50 mètres. 
Arc hybride Slynx de Cari-Bow, 50#. Lame Simmons Interceptor. 
Camouflage Predator Spring Green (t-shirt et masque), et surtout bandana pirate vert fluo😁
Brocard du 13 Aout
Partager cet article
Repost0

commentaires